Festival

                                                            Programmation 2018 :

        (L’affiche est téléchargeable ici)


Mercredi 16 mai :

Exposition « MISSISSIPPI TERRE DE BLUES »
Par Sylvie Bosc – Parrainée par Jean-Marie Perier

Vernissage le 16 mai à partir de 19h
Exposition du 16 mai au 9 juin

C’est l’histoire d’un voyage au cœur de l’Amérique, un cœur qui palpite au rythme binaire de cette musique étrange et familière qui chante la misère et l’espoir, la tristesse et l’amour, la vie comme elle est, la vie comme elle va… Le Blues.
C’est l’histoire d’une longue plongée dans le Sud profond, le long de la Highway 49 et 61, de Clarksdale à Jackson, de Greenwood à Indianola, Belzoni, Yazoo City, jusqu’à la mythique ville de Memphis, qui ont vu naître tant de gloires comme Robert Johnson, Muddy Waters, BB King, Johnny Winter, Bessie Smith ou Aretha Franklin…
Cette exposition n’est pas une série de portraits de ces glorieux musiciens, encore moins celle d’artistes croisés sur Beale Street à Memphis, mais plutôt leur présence sur les murs des villes et dans ces vastes paysages, ces lieux mythiques qui, partout, transpirent le Blues.
Elle dit aussi l’immense chance des rencontres de ceux qui vivent là-bas, dans ce berceau musical à l’origine de tout et où rien n’a changé, ces gens qui m’ont offert leur sourire comme un magnifique cadeau l’espace d’un instant.    Welcome to the Blues… !
L’exposition sera accompagnée de la diffusion du documentaire d’Etienne Mortini « En terre de Blues., dans les pas de Sylvie » tourné durant le voyage et qui retrace cette belle aventure. Le 3ème volet est en cours de montage.
Site Internet de Sylvie Bosc…

Lieu : Médiathèque de Suresnes – 5 rue Ledru-Rollin
Entrée gratuite


Samedi 19 mai :

De 14h00 à 18h00
Stage d’initiation à l’harmonica débutant
par Lionel Da Silva

    

  – 3 heures de cours

  – 1 harmonica fourni

  – 1 Show-case

   


Page Facebook de Lionel Da Silva…

Lieu : Maison de Quartier des Sorbiers – 5 Allée des Platanes – sente des Sorbiers – 01 45 06 64 51
Tarif : 20 € / personne   –  Réservations :  contact@bluessursuresnes.com
 

19h00
L.D. Le duo  (en « Off »)

 

L.D c’est Dom BRUNEAU alias Lefty Dom (chant, « box » guitars, guitares) et Lionel DA SILVA (harmonicas, cajon, chœurs)

Les instruments uniques fabriqués et joués par Dom, sa voix chaude et rocailleuse associés au jeu subtil et mélodique de Lionel à l’harmonica invitent à un voyage musical atypique quelque part entre l’estuaire de la Loire et le delta du Mississippi

Site Internet de L.D…

 

Lieu : Le « La Fayette » – 2 place Henri IV

 20h30
Jerry T & The Black Alligators (en « Off »)

 

Jerry T. & The Black Alligators vous amènent sur les routes du Blues. Du Delta Blues au Chicago Blues, et mixant les inspirations RnB, Psyché, et Rock n roll, le groupe fait le show et entremêle compositions et reprises des grands classique à la sauce Black Alligators.

Quatre Albums sont déjà disponible The Roots, Down by the Swamp et One Last Before I Go, et bien sur, Unleash The Beasts qui est disponible en physique lors des concerts, et en streaming sur internet depuis le 30 Septembre dernier. Inspirés des plus grands talents du Blues, Muddy Waters, BB King, ou encore Buddy Guy, ce concert sera placé sous le signe du partage, de la musique, et du Blues !

Page Facebook de Jerry T & The Black Alligators…

 

Lieu : « Au Bureau » – 2 Boulevard Henri Sellier…


Mardi 22 mai :

20h00
Conférence-concert : « Mémoire d’esclave »

C’est bien plus qu’un concert que l’on vous annonce ce soir. Sans être du théâtre, c’est une fresque musicale…une tranche de vie et de mémoire, celle d’un esclave noir devenu plus tard homme politique influent.
C’est un retour sur le passé qui ouvre l’avenir ! C’est une osmose entre trois grands artistes et un don pur de générosité et d’amour. Ce sont des voix qui s’élèvent, qui font vibrer, chanter et pleurer…et dont ensuite, on ne peut se passer !
Mais laissons son interprète, Gladys Amoros, nous en parler :

« Je chante du Gospel depuis si longtemps qu’en tombant par hasard sur le livre autobiographique de Frédérick DOUGLASS (Vie de Frédérick DOUGLASS / traduit de l’anglais par SK PARKES / éditions Pagnerre à Paris / 1848) je n’ai eu qu’une envie : Adapter ce livre poignant pour en faire un conte musical et rendre modestement au peuple noir Américain tout ce qu’il m’avait apporté.
Mon seul but est de raconter aux jeunes français et aux familles, une époque Américaine difficile pour les noirs Afro-Américains et dénoncer l’esclavage. Raconter le quotidien d’un enfant esclave, l’exactitude de sa condition de vie, son calvaire, sa soif de liberté, sa grande intelligence et son énorme instinct de survie. Ponctuer ces chapitres par les différentes musiques et chansons que les noirs Américains ont inventé.
J’ai dû, bien sûr, édulcorer un peu ce récit afin qu’il soit audible par tous les enfants, adolescents et familles auxquels je m’adresse mais le but est atteint : Passer le message, faire réfléchir et saluer cet homme qui a appris à lire et à écrire, seul, étant persuadé que la liberté passait par le savoir et la connaissance. »

Frédérick Douglass sera le 1er esclave Américain à écrire un livre témoignage et à donner des conférences. Il deviendra un écrivain et un homme politique reconnu.
Page Facebook de Mémoire d’esclave…

Lieu : Médiathèque de Suresnes – 5 rue Ledru-Rollin
Entrée gratuite  –  Réservation conseillée Ici…


Mercredi 23 mai :

20h00
Atelier « Histoire du Blues »

« Blues et Flux Migratoires : Voyage du sud au nord »
Par Christophe Mourot – Journaliste spécialiste du Blues

« Comment le Blues est né dans le sud, puis est monté vers le nord à Memphis, Saint Louis et Chicago où le Blues prend un nouvel essor avec un afflux massif de noirs venus du Mississippi. »

En effet, plus qu’aucune autre musique, le Blues s’est construit à travers la mobilité et les échanges, transformant un idiome né dans le delta du Mississippi en une musique mondiale. Mais ces évolutions, la naissance de styles régionaux forts, comme à Chicago ou en Californie, se sont faites sous l’influence de facteurs socio-économiques encore plus que musicaux. Le Blues a évolué avec son temps, c’est ce que nous proposons de parcourir ensemble en nous concentrant sur le cas particulier du style Chicago Blues et parcourant le chemin entre le Bluesman itinérant et l’orchestre électrique urbain.

Ces musiciens apportent avec eux le Delta Blues au rythme hypnotique qui se mêle très vite au Blues orchestral et le transcende, engendrant un Blues électrique plein d’émotion avec des musiciens qui deviennent des idoles : Muddy Waters, Sonny Boy Williamson, Elmore James, Howlin’ Wolf…et bien d’autres

Lieu :  La librairie du Point de Côté – 22 place Henri IV
Entrée gratuite 


Jeudi 24 mai :

20h00
FRED CRUVEILLER BLUES BAND

Fred Cruveiller c’est une voix, une guitare « bloody » aux accents Texans ou même British !

Bercé par la musique des trois KING – BB, Albert & Freddie – et celle plus moderne de Gary Clark Jr, Sean Costello, Keb Mo, c’est un Blues à la recette salée / sucrée que nous sert ce Power Trio qui flirte volontiers avec le Rythm’n’blues, la Soul et dresse des ponts avec le Rock et la Pop !

Accompagné brillamment par Eric Petznick à la batterie et Laurent Basso à la basse, Fred Cruveiller s’approprie des covers sans enfreindre la tradition ou exécute leurs propres compositions bien ciselées. Ce peut être un moment intime comme une débauche d’énergie « Tout dépend où la musique vous mène ! »

Site Internet de Fred Cruveiller…


ROLAND TCHAKOUNTÉ

Robert Pete Williams, l’un des grands poètes du Blues Afro-Américain, découvert par hasard dans un pénitencier de Louisiane à la fin des années cinquante, décrivait son art comme « la musique de l’air » : « Mon inspiration, mon style, ma sonorité sont fonction de l’atmosphère. Alors je chante et le vent se charge d’emporter ma musique », expliquait-il.
L’art de Roland Tchakounté, et ce n’est pas un mince compliment, possède cette même légèreté atmosphérique qui lui permet de toucher à l’universel.
Camerounais d’origine et citoyen du monde de cœur, Roland continue d’arpenter la passerelle qui relie le Blues et l’Afrique avec son sixième album.
À l’image des recueils précédents, « Nguémé & Smiling Blues » le voit décrire les forces et les faiblesses du Premier Continent en usant d’un double langage : le Bamiléké de ses origines Camerounaises, et les notes bleues caractéristiques de ce Blues qui a bouleversé son destin à jamais le jour où il a découvert John Lee Hooker : « L’entendre a été une révélation. J’ai même cru qu’il s’agissait d’un musicien Africain qui avait américanisé son nom. Sa façon de déstructurer ses chansons, sa spontanéité, l’énergie de son style presque sauvage, le fait qu’il ne triche pas, autant d’éléments qui ont modifié très profondément ma perception de la musique en donnant un sens à la démarche artistique que j’entrevoyais sans oser la vivre. »

À l’image de la note bleue, la musique de Roland n’évoque la tristesse et le malheur que pour mieux les dépasser.

Roland nous interprètera notamment les compositions originales (issues de cet album) qui traitent aussi bien du mal être (Melena, Misery) ou des déboires amoureux (Meden Mbibou, Oulen Nefa Fide) que de ces instants sublimes qui donnent un sens à l’existence (Nju Bwoh Man, Tchuite Blues, Noum Seou), sans oublier la célébration d’une Afrique trop souvent regardée avec condescendance. Le morceau « Chubata Africa » affiche même la fierté d’une terre qui a su offrir au monde des figures de proue aussi essentielles que Nelson Mandela, le pionnier de l’indépendance Kwame Nkrumah, le révolutionnaire Burkinabé Thomas Sankara, ou encore l’anthropologue Cheikh Anta Diop à qui l’on doit la reconnaissance des racines africaines de la civilisation égyptienne. La couleur générale de ces chansons vient renforcer une démarche que Roland souhaite positive, dans son regard et son énergie. Très inspiré par l’atmosphère d’un Chicago Blues électrique, porté par une voix souvent évocatrice de celle de Taj Mahal, il reste à ce jour l’un des très rares artisans du genre capables de tisser un lien sensible, libéré de tout cousinage artificiel, entre l’Afrique et l’art musical premier de l’Amérique noire.
Site Internet de Roland Tchakounté…

Lieu : Salle des Fêtes – 2 Rue Carnot
Tarif : 10 € / 8 €

 


Vendredi 25 mai :

19h00
KARIM ALBERT KOOK

Né en Algérie, Karim Albert Kook émigre avec les siens laissant tout derrière eux pour trouver le traitement nécessaire à une maladie qui va le contraindre à passer sa vie en fauteuil roulant. Karim passe sa petite enfance ainsi qu’une grande partie de son adolescence dans les centres hospitaliers de la région Toulousaine.
Pour briser le rythme des journées de soins et de ses moments de solitude il découvre la musique à travers un petit poste de radio qui diffusait des plages musicales du moment. Karim Albert Kook sera touché par les émissions de Patrice Blanc-Francard et Benard Lenoir sur France-Inter qui faisaient découvrir à la France entière la scène Anglaise avec des groupes comme les Beatles , les Rolling-Stones, Led Zepplin, les Yardbirds ,et les grands talent d’outre atlantique, Bob Dylan, Jimi Hendrix qui marqueront pour toujours l’esprit et le cœur de Karim Albert.
Au collège, un cadeau magique : la guitare que lui offre alors son frère, elle aura une influence déterminante sur sa destinée. En autodidacte à force d’user les microsillons des vinyles Karim va remonter les courant musicaux de ses idoles pour arriver au rivages du Blues qu’il reconnait d’instinct. Il sent alors que la musique, sans limitation de genre, sera sa voie et qu’ elle transcendera son quotidien comme le faisait autrefois ses maîtres de la musique bleue tels que Son House, Muddy Waters, Sonny Boy Williamson , Robert Johnson et tous les autres qui lui ouvrirons la route de ses inspirations profondes.
La musique de Karim Albert Kook milite pour les droits et le respect de la personne dans toutes ses différences tout en faisant référence à ses influences, mais elle est avant tout vivante et spontanée. Le Blues de Karim Albert Kook est une invitation aux voyages, sur des chansons dans la tradition du style, qui parle des vies et des espoirs, ainsi que des rencontres improbables que le destin met sur notre chemin…
Guitariste, chanteur, auteur, compositeur, il chante en français (mais aussi les standards des maîtres en anglais) un Blues universel et original aux couleurs de sa terre natale, l’Afrique. Son Blues souligne les traits d’une histoire qui se confond d’un continent à l’autre dans l’amour et l’errance.
Sur scène on a pu retrouver Karim partageant l’affiche du Palais des Congrès à Paris en première partie de Popa Chubby et de B.B. King ou sur la route des clubs de France en compagnie de Bill Thomas, au « Petit Journal Montparnasse » avec Luther Allison ou encore à la programmation de grands festivals.
Page Facebook de Karim Albert Kook…

THE BIG SETS

The Big Sets est un groupe Anglais, formé en 2012 par quatre jeunes venant de Sunderland, passionnés de Blues et de Funk.
Ils s’appellent Christopher Hogg (guitare et chant), Jake Landers (guitare), John Smith (harmonica, saxophone et chant) et Jonny Rubin (basse).
Ces quatre amis d’enfance, qui ont commencé à jouer ensemble à partir de l’âge de 13 ans, ont décidé de tous se rejoindre dans le sud de l’Angleterre, en Cornouailles, et plus précisément à Newquay, pour y vivre, surfant le jour et jouant le Blues dans des pubs le soir. Ils ont perfectionné leur style petit à petit, jusqu’à avoir une parfaite osmose sur scène avec un son et une énergie unique. Ils ont voyagé pour jouer leur musique un peu partout en Angleterre et ont acquis une belle expérience sur scène, et ont réussi à se faire un nom.
Pete Nicholls (talentueux batteur, habitué du South West Music Circuit), vétéran du British Blues, joue avec The Big Sets depuis 2017. C’est avec lui qu’ils ont enregistré leur premier EP « Sex Wax ».
The Big Sets a eu aussi l’opportunité de jouer lors de grands festivals de musique comme Board Masters, Little Orchard, Leopallooza, Falmouth Blues and Roots, Church Stretton Blues Festival… et de montrer leur talent à la radio sur BBC Radio Cornwall, et également à la télévision sur la chaine BBC1 pour présenter leurs titres. En Septembre 2017, ils ont participé au Tremplin Blues du festival Les Rendez-vous de l’Erdre où ils ont gagné le premier prix, ainsi que des prix spéciaux pour revenir en France jouer chez nos amis du BAIN de BLUES festival en avril 2018 et chez nous à Blues sur Suresnes.

Site Internet de The Big Sets…

J.J. THAMES

JJ Thames possède à l’état brut ce je-ne-sais-quoi qui caractérise les stars que sont Phyllis Hyman, Tina Turner, Etta James ou Billie Holiday. Soul Blues naturellement classe, généreux, sincère et irrésistible.
De nombreux artistes Blues & Soul sont issus de la remarquable scène musicale de Détroit. Il va falloir allonger la liste et faire une place à la splendide Jj Thames, une chanteuse dans la lignée de ce que le berceau de la Motown nous a offert de meilleur.
Installée dans le Mississippi depuis quelques années, JJ Thames sort son premier album « Tell You What I Know » début 2014. Quelques semaines plus tard, le single et l’album sont respectivement à la première et à la septième place du classement « Bilboard » des ventes aux États Unis …
Site Internet de JJ Thames…

 

Lieu : Salle des Fêtes – 2 Rue Carnot
Tarif : 10 € / 8 €


Samedi 26 mai :

10h00
TOUPIE BLUES
Une histoire tendre et poétique à découvrir au rythme du Blues, par :
Jean-Francois Thomas : Guitare / Chant / Dobro / Kazoo
Éric Courier : Contrebasse
Corinne Mayco : Conte / Marionnettes

 


Le jeune Toupie, un garçon d’origine Africaine vit avec ses grands-parents, dans le Sud des États-Unis, au bord du fleuve Mississippi.

A travers son histoire, les jeunes spectateurs vont pénétrer dans l’univers du Blues, cette musique intemporelle, vivante et chargée d’histoire.

Les enfants vont découvrir en chansons, le travail dans les champs de coton, les origines du Blues ainsi que les différents instruments de musique.

Une formidable occasion pour eux de saisir ce qu’est le spectacle vivant et de participer en chantant !

Les chansons sont en français. Elles sont simples, efficaces, et vont offrir environ une heure d’évasion, de rêve et de bonheur.

Site Internet de Toupie Blues…

 

Lieu : Médiathèque de Suresnes – 5 rue Ledru-Rollin
Spectacle pour enfants


14h00

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE FRANCE BLUES

En marge du festival, nous avons le plaisir d’accueillir cette année la réunion de l’Assemblée Générale de France Blues…

À l’ordre du jour : 1) rapport moral et d’activité / 2) rapport financier 2017, affectation du résultat 2017 et budget 2018/2019 / 3) tarif de l’adhésion / 4) élection des administrateurs, renouvellement et nouvelles candidatures / 5) actualisation des statuts / 6) élévation de Jean Guillermo au rang de Membre Honoraire / 7) point sur les projets en cours / 8) questions diverses, discussions libres.
Les points 1 à 6 sont soumis au vote. Les membres actifs et les membres associés participent aux votes et les membres sympathisants sont bien entendu bienvenus à l’Assemblée Générale.
Après les débats, les Administrateurs se réuniront pour désigner le nouveau Bureau de l’Association.

Site Internet de France Blues…


Lieu : Conservatoire Georges Gourdet – 1 Place du Puits d’Amour


19h00

RONAN ONE MAN BAND

Pas de tape-à-l’œil, peu d’effets, Ronan le solide gaillard qui entre en scène, favoris, brosse et yeux gris sombres dans un visage ferme et carré lui donnant l’allure d’un loup, recherche le cœur du Blues : l’intensité par la maîtrise, l’émotion par la simplicité.
Patiemment, discrètement, presque sans promotion, le compagnon du Blues Breton s’affirme année après année comme incontournable sur la scène Blues Française. Quand il apparaît sur scène, le grand public le plus souvent, l’ignore encore, mais un concert suffit à faire de lui une évidence, un souvenir qui ne s’effacera pas.
Ronan travaille en One-Man-Band Blues : guitare, percussions retenues, un peu d’harmonica, voix grave raclant dans la gorge sans perdre sa profondeur, où chaque élément se fond sans hiatus, comme les pièces ajustées d’un maître ébéniste. Ronan prend le temps d’installer son Blues, note par note, mot par mot, avec chaleur, avec humilité, en confiance avec le public. Ses morceaux s’étirent sans lasser, explorant le riff, le son, les sculptant comme au ciseau et au rabot ; son « Hill Country » inspiré des McDowell, Burnside & Kimbrough en prend des allures de Swamp Blues. Leur flot lent, Mississippien, se fait irrésistible, craquant les digues, entraînant pieds et têtes.
Son concert sera toujours trop court ; vous rechercherez sa présence solide, discrète, passionnée, pour partager encore le Blues avec lui…
Site Internet de Ronan…

VICIOUS STEEL

Vicious Steel, avec une odeur de feu de camp goût Kérosène, cultive son Post-Downhome Blues…La musique est au carrefour de la chanson, du Blues ancien et du Rock’n’Roll. Sur scène, Vicious Steel – avec Cyril Maguy aux guitares et au chant et Antoine Delavaud à la batterie et au chant – dégage une énergie folle dans une atmosphère saturée et endiablée. Les blue notes suent, la voix est presque possédée, accompagnée toujours d’une pointe d’humour et de bestioles empaillées. « Un Trash Blues de luxe à l’iconographie sauvage »
Avec 2 albums à leur actif, – « Vicious Steel » et « When the sky is falling down » – ils ont enchainé de nombreux concerts et reçus de nombreux prix :
– Prix Révélation Blues sur Seine 2014
– Prix France Blues, Bain de Blues et Vache de Blues aux Rendez-vous de l’Erdre 2015
– Prix Blues Challenge France 2016
Et ils ont représenté la France à l ‘International Blues Challenge à Memphis – USA – en 2017 dans la catégorie solo/duo.
Site Internet de Vicious Steel…

COTTON BELLY’S

Au carrefour du Blues, du Rock et de la Folk, ce quartet Francilien nous offre une musique directe et généreuse, vibrante du passé comme de l’avenir.
Les « ventres de coton » c’est pour les champs où le Blues est né dans la douleur et pour les tripes dont il s’échappe parfois. Leurs chansons sont des plaintes empreintes d’espoir où un harmonica virevolte avec une guitare électrique déchirante, libérant une voix Soul soutenue par un duo basse/batterie au groove solide. Si l’humour, l’espièglerie ou encore la simplicité sont du voyage, les « Cotton Belly’s » n’ignorent pas les crises qui secouent le monde. Les textes évoquent notre humanité et les mélodies nous accompagnent longtemps après que les dernières notes aient résonné. Alors, route pluvieuse ou pas, c’est à chaque fois avec le même groove généreux que les « ventres de coton » offrent sans relâche des gigs enlevés dont on ressort l’âme un peu plus légère. Après leur tournée aux États-Unis et leur demi-finale à l’International Blues Challenge de Memphis, les Cotton Belly’s nous ont dévoilé leur nouvel album « Live Session vol.1 et 2 », de nouvelles versions de leurs chansons rafraîchies et affirmées par des années de concerts. On y trouve également une version revisitée sauce « Cotton » de « Superstition » du grand Stevie Wonder, ainsi qu’une toute nouvelle composition originale « Broken Line » enregistrée à Memphis ! Le tout sublimé par la venue d’invités surprise.
Yann Malek – chant harmonica, guitare et lapsteel acoustique, Aurélie Simenel – batterie, Christophe Kiki Etienne – Basse et Mick Ravassat – Guitare électrique, vous feront vivre un moment inoubliable rempli d’émotions aux couleurs multiples..
Site Internet de Cotton Belly’s…

Lieu : Salle des Fêtes – 2 Rue Carnot
Tarif : 10 € / 8 €


Du 24 au 26 mai :

EXPO PHOTOS :
Par Alain Hiot.

 

Lors des 3 soirées dans la salle des fêtes, vous pourrez vous arrêter quelques minutes devant la double expo photos de notre photographe, Alain Hiot, qui vous présentera d’une part une petite rétrospective de l’édition 2017, et d’autre part exposera quelques-uns de ses clichés favoris réalisés un peu partout en France sur les scènes Blues et Blues Rock.
Et comme il sera dans la salle n’hésitez surtout pas à venir lui faire un petit « coucou » !

Site Internet de Alain Hiot…

 

Lieu : Salle des Fêtes – 2 Rue Carnot


 

Retour haut de page